Ma virée au Costa Rica

En ce début d’année 2022, une petite virée de trois semaines est prévue dans ce pays reconnu pour son développement touristique, ses espaces naturels sa faune et sa flore. je vais donc, comme à mon habitude fournir quelques photos et/ou commentaires pour ma petite famille et mes amis qui suivent mes petites aventures. Même si je ne partage pas ses idées, j’aime et je reprends ce que disait Gilbert Keith Chesterton car c’est plutôt vrai, « Le voyageur voit ce qu’il voit, le touriste voit ce qu’il est venu voir ». Pour le coup c’est un voyage différent que je fais, car je n’ai rien fait que j’avais prévu.

San José, une ville étonnante.

Je commence par une visite de la capitale, de ses marchés, ses bâtiments au style néo-colonial espagnol. Ma première impression n’est pas celle que j’attendais, la misère semble bien installée et elle côtoie les grands immeubles bancaires. Par respect je ne prendrai pas de photo de ces gens qui démontrent la réalité de la misère sociale dans la capitale. J’arrive au Costa Rica en plein premier tour des élections présidentielles, les Costaricains me font comprendre que le président sortant n’a pas fait de bonnes choses pour le pays. Par contre, cela ne les empêche pas d’être souriants, aimables… la misère est plus supportable au soleil..

Je parcours quand même la capitale de long en large soit environ 17 km par jour pendant trois jours, puis je m’aperçois que finalement, on s’y fait. la prostitution, la toxicomanie et la mendicité sont quand même présentes, mais aussi on y découvre de jolies endroits, ce qui me fait contredire mes premières impressions qui j’avoue n’étaient pas excellentes. Les Costaricains sont plutôt fiers de leur théâtre national, et ils le peuvent car il est vraiment superbe.

La circulation est dense, mais moins qu’en Asie, les feux sont respectés et les piétons attendent sagement leur tour. Bon la conduite est quand même d’un style purement local.

La rue est un peu comme une galerie d’expositions permanentes. Elle offre des œuvres aux passants, des œuvres qui côtoient l’histoire par les monuments des hommes qui ont créés et façonnés ce pays.

La police est omniprésente, cela est-il bon signe ? A cette question les locaux m’expliquent que non, elle est en nombre suffisante et qu’elle fait bien son travail, même si l’on veut bien me dire que la corruption existe dans les rangs des forces de l’ordre. J’avoue que durant mon séjour notamment à Quepos, j’ai pris le temps de baragouiner avec les représentants de l’ordre, plutôt cool c’est vrai.

En douce, mais ils sont partout. Le risque est-il réel ?

Deux marchés sont à découvrir à San José, El Mercado central et El Mercado municipal des artisans. Ce n’est pas les couleurs de l’Asie, mais cela mérite largement le temps d’une visite.

La religion est très présente également, elle aide les riches à donner de l’espoir aux pauvres.

J’avais prévu la location d’une voiture, je ne sais pas si c’est une bonne idée, mais je change mon fusil d’épaule et je prends la décision de faire ces trois semaines en me déplaçant en bus à travers le pays. Certainement que des inconvénients je pense, mais je tente et je verrai bien, je suis seul, donc personne ne pourra se plaindre qu’il fait trop chaud, trop froid ou trop autre chose 🙂 .

Prendre le bus à 09h au terminal 7-10 et descendre vers Jacó.
Le terminal 7-10 à San José
Jacó, ville balnéaire.

Pour le moment, l’option du bus est plutôt bonne, bien moins cher certes mais pour les arrêts découvertes.. Voilou.. Et puis 2 km à pied avec le barda pour arriver à mon hébergement…. alors que le bus s’y arrêtait.. Quel idiot, on en parlera un mercredi.

Je reste deux nuits chez Tony. (Tony, désolé pour les clefs!! je suis reparti avec, elles sont chez moi en Charente maritime, tu viens les chercher quand tu veux !!)

Toutes mes amitées à Mario, mais aussi à notre artiste sculpteur sur bois!!

J’en profite pour faire une randonnée au pifomètre. Erreur, Grosse erreur!!. Heureusement que j’étais seul dans cette galère. Prévu 9km, total 22 km, perdu, la jungle, dénivelé ou tes coudes touchent tes genoux, 36 ° de température, des bestioles d’une couleur étonnante. Retour en suivant le cours d’un ruisseau (je me dit qu’il doit bien arriver quelque part). Journée éreintante, mais au final plus de peur que de mal, je suis sur les genoux!!!.

Aujourd’hui, départ pour Quepos. Quepos qui sera mon point SUD pour ce voyage (de là, je visiterai les alentours (enfin, je pense).

J’aime beaucoup cet endroit à la croisée des chemins.

A Quepos, je vais résider à Normada’s Digital, super bien placé, un couple très gentil me reçoit, il s’agit de Jorge et Pamela.

Aujourd’hui, randonnée dans les environs, pas de plan, pas de projet, j’ai le temps. Finalement c’est cool, environ 15km avec les dénivelés locaux caractéristiques. Un régal pour les yeux. J’y ai vu des iguanes, des paresseux, j’ai raté mes photos pour cette bestiole, pourtant on ne peut pas dire qu’elle soit rapide.

Quand je vous disais que mes hôtes étaient au top, invitation à passer et partager du temps et des repas avec leurs proches. Ils ont dû aimer ma tronche d’idiot. Je me suis régalé, et j’ai bien baragouiné. Bisous à Félix et beau papa et toute la Familia.

Aujourd’hui le, le… Je ne sais pas quel jour nous sommes.. Pas grave. Randonnée de 15 km, pas trop compliquée mais toujours cette chaleur et ces dénivelés. Je me dirige tranquillement vers le parc national Manuel-Antonio. Avec un arrêt buffet dans un drôle d’endroit, un avion dans un restaurant « El Avion » évidemment..

Je continue mon chemin et j’arrive dans un bel endroit mais très touristique. Le business des parkings et autres propositions à touristes battent leurs pleins . Je traverse tout cela avec un regard…ben non, finalement sans un regard.

Je reviens sur la randonnée vers le parc national de Manuel Antonio, il m’est arrivé un truc improbable.
Je marche, je regarde les attractions pour les touristes, tyrolienne, visites organisées, vol à voile en bateaux, bref des trucs qui j’avoue ne m’intéressent pas car nous avons la même chose au Touquet Paris plage 😉 .

En fait, j’ai juste envie très pressante, alors je m’enfonce dans la pampa, Je fais pipi….
Un truc bouge à deux mètres de moi… On peut dire qu’au sens propre, je me suis fait dessus … Si je ne m’étais pas arrêté pour ce besoin, purée, je marchais dessus…

Je n’ai pas demandé mon reste, juste ranger mon outillage et pris une photo (quand même) mais je crois qu’il a eu aussi peur que moi..

Aujourd’hui, je suis invité par mes amis à passer la journée avec eux. Ils viennent me chercher à mon logement, nous faisons quelques courses et nous repassons prendre le reste de la famille. Ensuite, route vers le lopin de terre familial. Cette parcelle entretenue est Longée par deux rivières ( dont La Savegre) c’est là qu’ils cultivent certains de leurs fruits et aromates comme par exemple la banane plantain, la goyave, la coco, la citronnelle, la menthe, les papayes, les fruits de la passion…. Une cabane est en construction, c’est la future maison du beau-père, nous allons nous baigner en compagnie de leurs chiens et ensuite nous mangeons. Là encore, je me suis régalé de la Pinta, poulet et tout le reste. Nous passons ensuite vers Matapalo, une superbe plage sans touristes, que des locaux. Les touristes eux sont là où on les a laissé hier, vers Manuel Antonio.

Je vais quitter cette région et ces personnes qui m’ont accueilli avec une certaines nostalgie, mais je décide de partir vers Monteverde, le soleil et la plage j’en peu plus. J’ai trouvé un endroit « Vista Verde Lodge » qui m’a l’air très sympa. On verra bien!

Après un périple de quelques heures dont une pose bien mérité avec mon nouvel ami Eulogio, une arrivée à Vista Verde Lodge, je suis super agréablement surpris, j’adore. En fait c’est tout ce que j’aime, le calme, la montagne, une température agréable et en plus…. Quelle vue sur le volcan Arenal et ses alentours.

Bon, passage obligé par un parc à touriste, mais je souhaitais en voir au moins un, ne serait ce pour voir la jungle vue du dessus. l’idée est plutôt bonne, la construction de grande passerelles au dessus de la des arbres permet de voir l’étendu de cette immense foret tropicale, même si je trouve que 40$ pour cela ça reste cher, notamment si vous êtes en famille.

Eulogio, merci pour ton accueil, merci pour le temps que tu m’as accordé pour me faire découvrir la région de ton cœur, merci de m’avoir intégré à la famille, me m’avoir fait connaitre José et son environnement de la Finca Lluvias de Gloria ton frère (joyeux anniversaire !!) et la mama, la merveilleuse mama, avec du caractère 🙂 , une cuisinière d’exception, qui m’a gâté durant ton séjour chez ton père à la frontière du Nicaragua (Santa Cécilia, je crois)..

C’est l’heure du départ, j’ai les boules, bref, cette année c’est un voyage un peu spécial au niveau des émotions. Je reviens avec l’espoir de recevoir mes amis du Costa-Rica en France et leur offrir des souvenirs comme eux ils m’ont laissé. Il me tarde d’avoir le temps de préparer leur voyage dans notre belle France, cette France qui fait rêver toutes les personnes que je rencontre à travers le monde.

Et voilà le retour au point de départ à l’aéroport de San José., vivement le prochain voyage.
Publicité

Publié par Le voyage de Pascal

Plusieurs Voyages sont déjà réalisés, mais je veux que les prochains soient partagés avec mes proches..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :